Miguel Gaspacho

miguel

 

Voici l’un des personnages de notre BD, le World Channel Show, j’ai nommé… Miguel Gaspacho !!!

Né dans un pays hispanique, Miguel est tombé dans une marmite de gaspacho étant petit, il gardera toute sa vie une couleur de peau rougeâtre ainsi qu’un légère odeur de tomate rance… Il est âgé d’une trentaine d’année bien tassée. Considéré par le gouvernement comme un terroriste, il se battra comme un acharné aux côtés de Chézaré et de son fils Ernesto… Pour les novices, ou tout simplement ceux qui auraient vécu sur une autre planète depuis une soixantaine d’année, l’histoire de la marmite est bien entendue un clin d’œil à Obélix, fidèle ami du héros Gaulois Astérix, par respect pour Môssieur Albert Uderzo et Môssieur René Goscinny…

Véritable machine à tuer, Miguel Gaspacho ne craint rien ni personne. Il ne ressent pas non plus la douleur (il n’est pas immortel non plus hein, n’allez pas croire n’importe quoi…). En tout cas on peut dire qu’il a une résistance à la douleur qui est très, mais alors très élevée… C’est pourquoi il ne sera pas rare de le voir le point levé, tout sourire, au milieu d’un brasier (comme illustré ci-dessus). Il adore faire couler le sang de ses ennemis par dessus tout, et apprécie particulièrement le fait de tuer un homme (ou un animal) à mains nues…

C’est sûr, le dessin ci-dessus n’a pas l’air fini par rapport aux autres, mais il l’est… (Et oui). Je voulais juste travailler quelques détails pour m’entraîner (bandage, veines…). Il y en aura d’autres comme ça, des croquis, des dessins abandonnés, oubliés dans un coin, sur lesquels on retombe de temps en temps en se disant « Tiens je l’avais zappé celui là ».

Une chose est sûre, Miguel Gaspacho est bien vivant pour nous à présent, il aura une place prépondérante tout au long de l’histoire, vous fera rire, pleurer, vomir que sais-je (à la Scrotie McMorvoburnes pour les connaisseurs…)

 

big fist

miguel2

miguel3

zombie strangulation

 

« La golden de Gaspacho »
On raconte qu’un jour, alors âgé d’une dizaine d’années, Miguel Gaspacho a frappé de toutes ses forces un punching-ball, qui a aussitôt disparu dans l’atmosphère de la terre, propulsé à une vitesse incalculable. La scène ayant été filmée, les scientifiques, après avoir passé de nombreuses fois la vidéo au ralenti, et après avoir fait des calculs très poussés, ont estimé que se prendre une droite de Miguel équivalait à se prendre une météorite voyageant dans l’espace depuis 12000 ans (météorite d’une taille d’environ 20 mètres pour un poids d’environ 7500 tonnes…).

Vingt ans plus tard, la communauté scientifique a voulu réitérer l’exploit, afin d’estimer à nouveau la force de Miguel. Le punching-ball qui a été choisi, après avoir lâché d’énormes gouttes de sueur, a décidé de prendre ses jambes à son coup pendant que Miguel se concentrait. Aujourd’hui il est toujours porté disparu…

Certains disent qu’il coule des jours paisibles en Antarctique, d’autres qu’il est mort de fatigue ou de peur dans une décharge non loin…

Golden de gaspacho

Je vous l’accorde, les punching-balls ne sont normalement pas dotés de conscience, ou d’une quelconque logique face à un danger imminent. Mais l’idée de se prendre la « golden de Gaspacho » a apparemment fait évoluer les choses…

 

 

QCigo

Dessin réalisé par mon frère, puis colorisé sur Photoshop par moi…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *